Suzie Genest Publié le 19 septembre 2016 par | Mis à jour à 05:30

De Mario Bros à la ceinture verte : 6 idées sous l’autoroute Dufferin

Charrette Dufferin-Montmorency vote

À l’exception de la photo à la une, les images de cet article sont tirées du diaporama des présentations des équipes.

Six concepts d’aménagement pour le secteur de l’îlot Fleurie dans Saint-Roch ont émergé vendredi à l’Hôtel PUR, lors d’une première dans l’histoire du congrès annuel de l’Ordre des architectes du Québec (OAQ) : une charrette multidisciplinaire, intitulée Sous les bretelles de l’autoroute Dufferin.

Organisé avec le Centre de formation en développement durable (CFDD) de l’Université Laval, ce laboratoire intensif de design réunissait durant huit heures six équipes formées d’architectes établis, d’étudiants en architecture et d’autres professionnels. En fin de journée, chacune présentait en 5 minutes et 5 diapositives son concept, soumis au vote du public.

« Mario Bros »

Inspirée par Mario Bros allant de champignon en champignon, l’équipe 1 imagine un parcours « diversifié et haut en couleurs » vers l’Assemblée nationale et le Château Frontenac. Pré-requis audacieux : on élimine les bretelles, incompatibles avec l’échelle humaine selon l’équipe, mais on conserve les piliers. Le lien vers la Haute-Ville est assuré par un viaduc en plan incliné à partir du boulevard Charest – « une côte pas pire mais typique de la ville de Québec ». Une série de plans en cascades crée entre la Haute-Ville et la Basse-Ville une « Mi-Ville », lien social et géographique. Marché public s’intégrant au corridor du SRB et ascenseur signalétique complètent l’aménagement, où l’espace public s’étend en continu d’Honoré-Mercier jusqu’en bas. À l’est se trouve un développement de plus haute densité.

diapositive4 diapositive5

diapositive14« Salade béton »

« Un noeud techno-agricole dans un milieu participatif effervescent » : voilà l’idée de l’équipe 2. Elle mise sur le végétalisation pour absorber les émissions de CO2 du SRB, et sur un bassin de captation – à même une grotte découverte lors de fouilles archéologiques dans les années 1970 – pour récupérer l’eau des pluies, de plus en plus abondantes. Les autoroutes sont « enterrées » par des bâtiments de 8 étages à haute densité, qu’occupent des organisations agricoles et techno. L’aménagement vise à favoriser la synergie entre elles et avec la communauté, ainsi que les déplacements à vélo et à pied.

diapositive18« 24 heures »

Pour l’équipe 3, Saint-Roch et la Haute-Ville sont le centre-ville naturel, et c’est le transport, l’intermodalité, qui amène la densité, grâce à un lien vers la Rive-Sud (train, piste cyclable…). La bretelle de l’autoroute descendant dans Saint-Roch est coupée pour redonner un parc qui marque aussi un pôle d’innovation. Mais attention ! Pas d’écrans ou d’éclairages techno ici, on s’intéresse plutôt à ce qui fait la technologie, à un mode de vie mobile, 24 h sur 24 h, évoluant au gré des cycles urbains. L’espace se transforme selon les heures : déplacements vers le travail et la maison, divertissement au centre culturel et au cinéma, etc. On y trouve des aménagements pour l’animation autant que des zones en friche et modulables.

diapositive25« Du stérile au vivant »

L’équipe 4 propose de reconnecter le quartier au reste de la ville tout en rejoignant les résidents. Les bretelles d’autoroutes deviennent des supports de toiles interactives servant de vitrines pour des contenus (projetés, exposés) provenant des trois quartiers. Le concept inclut un espace événementiel, une grande esplanade verte pour l’agriculture urbaine et des activités sportives en lien avec le futur centre récréatif voisin. Un développement résidentiel au-dessus des bretelles (inspiré de la ville de Chicago), un lien mécanique à même la falaise et une tour offrant un repère vers le SRB complètent la maquette.

diapositive30« La nouvelle entrée de Saint-Roch »

L’équipe 5 souhaite rompre avec la rigidité, voir l’homme faire vivre la ville. Pour briser l’apparente incompatibilité entre le milieu et l’autoroute, elle propose d’en faire l’entrée principale du quartier. Son concept mise sur des aménagements flexibles, des espaces locatifs éphémères dont la fonction peut varier. À tour de rôle s’y succèdent ateliers, commerces, restaurants, etc., ce qui assure un renouvellement constant de l’offre et de l’achalandage. L’entrée Dufferin-Montmorency est repliée sur elle-même pour donner une zone aménageable avec une grande scène extérieure. Les axes de transport sont reconfigurés et les espaces privés et publics, dont la zone de débarcadère du SRB, sont verdis. Perméabilité accrue pour les piétons, réduction de l’achalandage automobile, milieu de vie habitable, espace rendu au citoyen sont au coeur du concept.

« Ceinture et bretelles »

La sixième présentation propose de brouiller les limites des bretelles et de la falaise par la création d’un lien Haute-Ville – Basse-Ville fluide, facilement praticable par les piétons. Partant de la rivière Saint-Charles, ce lien vert reliant parcs et éléments naturels passe sous la côte de la Potasse. Il devient la colonne vertébrale d’un « espace public permettant le passage, la rencontre et la contemplation au coeur de trois quartiers » où l’on trouve plaine gazonnée formant un amphithéâtre naturel, éléments scéniques, rampe de skate, terrain de basketball, nichoir d’oiseaux, espaces de jeux, jardinage, apiculture, ateliers de création… Le secteur autour est densifié pour ajouter du logement abordable; les réseaux routiers, remaniés en conséquence; le parcours du SRB, aménagé « avec l’eau qui accompagne les marcheurs jusqu’à la rivière ».

diapositive36 diapositive38

C’est cette proposition de l’équipe 6 – dont faisait partie, incidemment, la conseillère du district du Cap-aux-Diamants Anne Guérette – qui a remporté le prix coup de coeur : un certificat de 500 $ en formation au CFDD.

Les propositions seront déposées à la Ville de Québec dans le cadre du processus de consultation en cours pour le Programme particulier d’urbanisme (PPU) du secteur sud de Saint-Roch. Des vidéos des présentations par les équipes et de leur travail durant la charrette sont accessibles sur la page Facebook de l’OAQ.

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn19

Écrire un commentaire


Nom :

Courriel :

Site web :

Attention : avant de soumettre votre commentaire, assurez-vous qu'il respecte notre Nétiquette.